Au fil du mois d’avril

Un mois entier en confinement. On s’adapte avec des hauts et des bas comme tout le monde.

J’ai commencé le fameux châle de Stephen West très coloré même un peu barré pour moi mais à période exceptionnelle châle exceptionnel. De temps en temps je reprends mes chaussettes, j’en suis aux talons.

Coté couture j’ai fait quelques masques, cousu une robe très estivale et un pantalon auquel il manque encore l’ourlet ( je n’aime pas faire les ourlets!). J’ai enfin ourlé des vêtements qui dormaient et repris des coutures qui avaient rendu l’âme.

J’ai répertorié mes patrons et rangé mes tissus viscose.

Phil a repeint nos poules en métal atrocement rouillées, on a fait un peu de généalogie. Un matin il a aperçu une biche dans le terrain derrière chez nous.

Les travaux de notre allée ont pu commencer mais pour l’instant l’entreprise attend pour finir de pouvoir se procurer les derniers matériaux.

Longtemps sur ma pile à lire (dite PAL) j’ai enfin lu Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II-B de Tardi offert par un couple d’amis. 3 grosses Bd parfois très dures à lire.

J’en ai rêvé ou presque

A l’Eure de la laine 2018, Au Fil de la Manche 2019 et encore ailleurs j’ai peu à peu acquis des écheveaux lumineux de C’laines, un orange, un jaune vif, des blancs ponctués de pointes de ces mêmes couleurs entre autres et peu à peu est né l’envie d’un châle pour l’automne plein de peps et de soleil.

J’ai fouillé en tout sens Ravelry pour trouver Le modèle qui me conviendrait et finalement j’ai choisi le Spice of the market de Mélanie Berg. Parfait pour ce que j’envisageais. Mais mon choix de coloris n’était pas suffisant et sur le site de C’laines j’ai repéré ça.

Pardon pour la photo floue…

Des minis de 20g parfait pour ce que j’avais en tête, j’ai fait rajouté un mini de plus en coloris paille et un écheveau de 100g mélange de mérinos et de soie coloris ivoire.

Ce patron en anglais est très bien expliqué, j’ai même trouvé des vidéos pour parer à mon anglais déplorable.

Je suis ravie du résultat, juste ce que je voulais, les coloris sont magnifiques.

Habillage d’un lit

Lors de notre derniére visite ma petite-fille m’a fait visiter sa chambre, et horreur sa poupée dort sur le sommier en bois de son lit alors j’ai proposé de lui faire un matelas.

J’ai acheté de la mousse que Philippe a coupé aux bonnes dimensions. J’ai commencé par la housse avec une fermeture éclair, ensuite le drap housse, celui là j’ai réfléchi un moment avant de comprendre comment le faire.

Un lit sans oreiller pas terrible donc l’oreiller et sa housse et enfin un drap de dessus taillé lui dans une housse de traversin, la couverture elle est déjà crochetée.

J’espere que cela plaira à Madeline….

Challenge polar et thriller (9)

18) Opération Napoléon d’Arnaldur Indridason

Présentation de l’éditeur

L’avion s’écrase dans le blizzard. Très vite, la glace du Vatnajökull l’engloutit. À l’intérieur, agents américains et officiers allemands ont compris. Ils vont mourir gelés, emportant avec eux l’un des plus lourds secrets du xxe siècle. Quand l’avion reparaît cinquante ans plus tard, il menace de faire de nouvelles victimes. Car le silence des morts s’achète parfois au prix de celui des vivants…

Mon avis
Un livre à la limite de l’espionnage avec une fin surprenante, à lire absolument

19) L’usurpateur de Jorn Lier Horst

Présentation de l’éditeur

Dans la petite ville de Larvik, à deux pas de la maison de l’inspecteur Wisting, un homme mort depuis quatre mois est retrouvé chez lui, devant sa télé allumée. La fille de l’enquêteur, Line, décide d’écrire un article sur ce voisin disparu dans l’indifférence générale en pleine période des fêtes. Pendant ce temps, Wisting apprend la découverte d’un autre cadavre dans une forêt de sapins avec, dans la poche, un papier portant les empreintes d’un tueur en série recherché par le FBI. À quelques jours de Noël, par moins quinze et sous la neige, s’engage une des plus incroyables chasses à l’homme que la Norvège ait connues…

Mon avis

Comme les précedents j’ai aimé.

Au fil du mois de mars

Comment qualifier ce mois? Bizarre, étrange, compliqué je ne sais.

J’ai fini mon châle lumineux, j’en avais rêvé de ces couleurs et c’est fait, vous verrez prochainement un article, juste le temps de le bloquer, rentrer les fils et le photographier. Pas encore de nouveau projet sur les aiguilles, surement un bonnet et ensuite peut-être un châle de Stephen West magicien des couleurs, à voir si je comprends son patron tout en anglais et si j’arrive à déterminer mes couleurs.

En couture j’ai fini la parure de lit de la poupée de ma petite-fille et en plus j’en ai fait une pour Arthur poupon de la maison destiné aux petits-enfants. Fait aussi mes sacs en enduit.

Peu de marche vous vous en doutez ni de piscine bien sur et encore moins de cours de yoga mais programme gym renforcé grâce à Véronique mon excellente coach.

Coté lecture que des polars ce mois ci, du bon et du moins bon.

Plus de tricothé avec ma complice Caroline mais un peu de télé-tricot thé selon la bonne volonté d’internet.

Je n’ai plus d’alliance depuis mars, elle est en cours d’élargissement, promise pour mi mars je ne peux aller la chercher…

Pour récupérer des ondes d’amitié et de tendresse 3 jours à Paris du 12 au 14 mars, premier jour et repas partagé avec des amis juste après l’annonce de la fermeture des établissements scolaires, achat de livres à la Fnac et Gibert, deuxième jour visite de l’expo sur Turner au musée Jacquemard André , avant sa fermeture après une journée, suivi du marché Saint Pierre avec de précieux amis qui nous promènent en voiture, et enfin le dernier jour nos enfants parisiens et Junnosuke 27 mois, un vrai bain de bonheur ce week-end là et le lendemain une fois rentrés chez nous une longue balade au bord de la mer la veille du passage au confinement niveau 3.

Le temps depuis s’écoule entre les coups de fil aux amis et à la famille, du jardinage, de la couture, de la lecture, du tricot et les rares courses sous un soleil venu nous encourager.

Et le 21 apparition de corps flottants sur un œil, pas d’urgence ophtalmo mais attendre que le cerveau compose avec, réapparition de crises d’angoisse qui heureusement se sont atténués doucement. La faute à l’age….

Qui aurait pu prévoir ce qui arrive au monde? Pas moi en tout cas, d’abord une sensation d’irréalité comme un film de série B puis l’acceptation, facile pour moi qui est un jardin. Que ferons nous après, folie acheteuse ou peur de tout, je ne sais mais j’avoue y penser.

Portez-vous bien et prenez soin de vous.

Burn out de Plume aprés une balade dans le jardin

Sacs et coussins

J’ai acheté au CSF sur le stand Histoires de filles des enduits et le patron du sac Emma.

J’ai choisi de commencer par le mien afin de voir comment je m’en sortais, bien m’en a pris car je n’ai pas trouvé les explications toujours très claires. L’enduit uni est assez solide sans être trop épais, l’imprimé est un peu fin. Le montage de la poche est astucieux.

J’ai récidivé pour Chie ma belle-fille. J’ai supprimé la poche sans fermeture éclair, et comme le métrage de tissu était très généreux j’ai fait une pochette assortie.

J’ai enfin cousu des coussins avec le tissu trouvé à l’AEF début 2019….

Alpha Centauri

Encore un châle direz-vous, c’est bien beau de craquer sur des écheveaux encore faut-il les tricoter!!

J’avais depuis très longtemps dans mon stock un écheveau de Paillettes de verre de La fée fil et une pelote d’origine inconnue d’un beau mélange entre le bleu et le vert mais pas assez pour faire un grand châle, alors sur les bons conseils d’ Arco Iris Yarn je leur ai ajouté de La Dr Wool dans le coloris dragonneau un bleu profond.

Après moult recherches j’ai choisi encore une fois un modèle de Nadia Crétin-Léchenne l’Alpha Centauri, alternance de rayures en point mousse et de dentelle aux côtes perlées.

Tricoté en aiguilles 4, il a tenu ses promesses d’un châle bien douillet mais vu sa taille bien difficile à photographier.

J’avais beaucoup de doutes sur le résultat et il a fallu qu’il soit fini pour qu’enfin il me plaise.

Challenge polar et Thriller (8)

16) La reine de l’ombre de Paul Doherty

Présentation de l’éditeur

Meurtres et intrigues pendant la guerre des Deux-Roses.
Le premier volet d’une nouvelle série de romans historiques mettant en vedette Margaret Beaufort, mère du roi Henri VII et matriarche de la dynastie des Tudor.

Mai 1471. La guerre des Deux Roses atteint sa sanglante apogée. Edward d’York revendique le trône d’Angleterre, et ses partisans s’en prennent à tous ceux qui soutiennent la cause des Lancastre. Margaret Beaufort, comtesse de Richmond et mère d’Henry Tudor, dernier espoir de la maison de Lancastre, est entourée d’ennemis mortels, et sa position est pour le moins précaire.
Déterminée à protéger son fils à tout prix, et, si possible à l’assoir sur le trône, elle ne peut compter que sur Christopher Urswicke, un clerc qui réfléchit aussi brillamment qu’il manie la dague. Et Urswicke devra mobiliser toutes ses ressources pour enquêter sur des meurtres qui pourraient bien compromettre sa maîtresse, et pour intriguer dans un monde dangereux et violent où tout le monde joue double-jeu, et dont le pouvoir, et la mort, semblent les seules issues…

Mon avis

Une nouvelle héroïne pour Paul Doherty, je n’ai pas détesté mais bof je passe mon tour même si je l’ai lu jusqu’au bout.

17) Disco de Mo Malo

Présentation de l’éditeur

Que peut le meilleur des flics quand une enquête en vient à ébranler sa raison ?
Sous la beauté impassible des paysages du Groenland couvent les passions les plus noires.

L’inspecteur danois Qaanaaq Adriensen ne pensait jamais s’habituer aux rudesses du climat groenlandais. Cela fait pourtant sept mois qu’il officie sur la grande île blanche, comme chef de la police locale. En compagnie de son adjoint, l’Inuit Apputiku Kalakek, il trompe son ennui en jouant à la roulette groenlandaise. Jusqu’au jour où, dans la baie touristique de Diskø, un cadavre est retrouvé, figé dans la glace d’un iceberg.

La victime n’est pas tombée : elle a été piégée vivante. Qui pouvait concevoir une haine assez puissante pour lui infliger une fin aussi cruelle ?

Au milieu des icebergs à la dérive, Qaanaaq, flic cabossé, tente de garder le cap. Mais il est bientôt rattrapé par un deuxième meurtre, qui le touche en plein cœur – et menace de faire vaciller sa propre raison.

Mon avis

Suite de Quaanaaq, j’ai beaucoup aimé mais je n’aime pas trop la fin qui déjà anticipe sur un prochain tome.

Au fil du mois de février

Ayant presque fini mon châle avant mon séjour au Pays basque j’ai entamé des chaussettes, tricoté en aiguille circulaire et les deux en même temps. Au retour un petit manque d’envie et puis c’est revenu avec la mise en pelote d’écheveaux lumineux.

Le pas envie s’étant étendu à la couture, les tissus dorment ….mais une promesse devant toujours être tenue j’ai commencé la confection de sacs en toile enduite, un patron pas très clair m’oblige à chercher fréquemment sur Internet mais cela avance peu à peu.

Une lecture que je n’ai pas lâché malgré ses 700 pages « Le cercle des amies » de Maeve Binchy auteur conseillé par Joëlle du blog Les battements de mon cœur il y a un peu moins d’un an, roman de l’enfance et de l’adolescence, léger mais j’ai adoré les personnages. J’aimerais que Joëlle publie plus souvent, j’aime tellement son blog notamment ses écrits à partir d’une photo.

Dans un tout autre genre « Vous n’aurez pas ma haine » d’Antoine Leiris, roman de l’après Bataclan pour les proches des victimes mais qui peut s’appliquer à tous ceux qui restent, poignant, touchant mais surtout rester debout, ne pas faire d’amalgame et avancer. Bravo Monsieur.

Vu sur le blog de Pativore le roman « Âme brisée » d’Akira Mizubayashi, comme elle j’ai beaucoup aimé, un beau livre, une vie entièrement consacrée à la réparation d’un violon mais bien plus encore… à vite mettre dans votre pile à lire.

Fêter nos 45 ans de mariage lors d’une échappée au pays basque et se dire que le temps passe très vite.

Je me suis remise à la généalogie avec passion, avant il fallait aller aux archives départementales, maintenant beaucoup de documents sont en ligne, un carton rouge à celles du Nord qui a jugé bon de ne mettre en ligne que le recensement de 1906 contrairement à d’autres.

Enfin trouvé notre point de chute pour juin prochain, ce sera le Lot.

Nous avons eu pendant une semaine nos petits enfants Antonin et Madeline, nous avons visité avec eux l’Aquarium de Vendée à Talmont Saint Hilaire, de la bonne taille pour ne pas lasser des enfants ravis mais pas trop petit non plus.

J’avoue avoir beaucoup de mal à supporter les rafales de vent qui peuplent nos journées et rendent le sommeil si difficile actuellement.

Le mois se termine avec la stérilisation de Plume, tout s’est bien passé et elle a une forme d’enfer….

J’ai trouvé que ces deux arbres symbolisaient bien un (notre) vieux couple, ils s’épaulent, ils se soutiennent, ils sont un peu déformés par les années.