Gigoteuse

  1. Je prend un patron déjà utilisé
  2. Je prends le même tissu intérieur que la dernière fois
  3. tout roule, Hé non j’ai cousu décousu, re cousu…..le devant et le dos n’était pas en face une fois la fermeture éclair posée, le jersey tissu intérieur prenait ses aises et s’étendait, bref elle est finie et j’ai bien galéré!

Patron de gigoteuse Perlipo en 24/36 mois.

Le haut est bien droit, il est juste mal posé avant la photo.

Moi après mois septembre

Tri des caisses de laine entassées depuis mes années Phildar / Crocheter une veste pour Arthur poupon Corolle / Manger une glace à Noirmoutier / Vente et expédition de ma recouvreuse / Folie des plantes à Nantes achat d’une sauge rose pâle, d’un aloe vera et d’iris / Embarquer nos valises et se rendre à Lisle en Dordogne / Un gîte qui s’appelle Au fil de l’eau / Admirer la belle cathédrale de Périgueux / Se promener / Visiter Brantome et le château de Bourdeilles / Faire le circuit des églises romanes / Finir le séjour par la visite de Saint Jean de Cole / Revenir en Vendée et se féliciter de notre choix d’une région plate plus clémente pour mon dos / 15 septembre 30° / Consulter une orthoptiste au diagnostic plus que contradictoire et en ressortir perturbée / Se lancer dans une couture de tee-shirt pour Junnosuke et avoir comme meilleur ami mon decoud-vite / Regarder avec jubilation le début de la coupe du monde de rugby au Japon / Accueillir nos parisiens venus fêter l’anniversaire de notre aîné et les 7 ans de notre petite-fille / 20 septembre se baigner dans la mer / Voir Junnosuke dans les vagues « même pas peur » / Passer un bon dimanche avec nos saumurois et nos parisiens / Commencer le yoga en douceur avec une amie prof / Se réveiller le lendemain pleine de douleurs / Nager / prendre l’ apéro avec une voisine qui quitte la région et être attristée de son départ /Galérer avec la couture d’une gigoteuse / Souffrir beaucoup d’une jambe et la maudire un peu / Continuer mes « tricot-thé » à deux, les chérir et espérer que ma comparse ne se lasse pas de moi / Retrouver une amie pour de longues conversations au téléphone.

Challenge Polar et thriller (2)

3) La nuit du porte-lumière de Peter Tremayne

Présentation de l’éditeur

Irlande, 671. Alors que les préparatifs de la fête païenne de Samhain vont bon train, frère Eadulf découvre, au milieu du bois assemblé pour le bûcher, le cadavre d’un homme, exécuté selon l’ancien rituel de la  » triple mort  » : la gorge tranchée, le crâne fracassé et poignardé en plein cœur.
Quand apparaît Brancheó, femme étrange couverte d’un manteau de plumes noires qui prophétise le retour des anciens dieux et leur vengeance contre ceux qui les ont oubliés, elle attire rapidement les soupçons. Mais, dans leur recherche du meurtrier, soeur Fidelma et Eadulf vont comprendre qu’une ombre plus malfaisante encore menace la forteresse. Car leur enquête se révélera liée à la disparition d’un livre volé aux archives secrètes du pape, qui pourrait détruire la nouvelle foi chrétienne dans les cinq royaumes…

Mon avis :

Les volumes de la série Fidelma restent toujours un bon moment dans ma pile à lire, souvent je les prends avec quelques réticences et chaque fois je m’etonne d’avoir tant attendu, même si Fidelma est quelquefois un peu crispante j’ai toujours plaisir à la retrouver mais celui que je préfère est son mari le moine saxon pardon angle, Eadulf est mariée à la sœur du roi de surcroit dalaigh (juriste de haut niveau) et il a ce rôle peu envié de prince consort mais ne vous y trompez pas c’est quelqu’un de fin et un personnage très attachant; Un bon cru dans les Fidelma.

4) En attendant le jour de Michael Connely

Présentation de l’éditeur

Reléguée au quart de nuit du commissariat d’Hollywood, l’inspectrice Renée Ballard se lance dans des enquêtes qu’elle n’a pas le droit de mener à leur terme. Le règlement l’oblige en effet à les confier aux inspecteurs de jour dès la fin de son service. Mais, une nuit, elle tombe sur deux affaires qu’elle refuse d’abandonner: le tabassage d’un prostitué laissé pour mort dans un parking, et le meurtre d’une jeune femme lors d’une fusillade dans un night-club. En violation de toutes les règles et contre les désirs mêmes de son coéquipier, elle décide de travailler les deux dossiers de jour tout en honorant ses quarts de nuit. L’épuisement la gagne, ses démons la rattrapent et la hiérarchie s’acharne, mais Renée Ballard n’est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds.

Mon avis

Connely et moi ce sont de vieilles amours, de celles qui durent, Il a dans ce volume abandonné Bosch son enquêteur et nous présente Renée Ballard inspectrice mise au rancard pour avoir osé voulu déposer une plainte pour harcèlement sexuel contre son supérieur, actualité quand tu nous tiens…

Mes débuts de lecture ont été un peu laborieux, je n’arrivais pas à m’attacher à l’héroïne et puis c’est parti et je ne l’ai plus lâché. L’intrigue tient jusqu’au dénouement,un bon roman mais il manque un petit quelque chose à cette héroïne, difficile aussi de passer après Bosch mais connaissant l’auteur ce personnage va prendre de l’épaisseur et se bonifier doucement.

Challenge Polar Thriller

Dernière cousette de l’été

Un tissu très fluide acheté je ne sais plus ou, un rêve de robe à bretelles enfin à ma taille, le patron de la robe summer dans le Passion couture créative Hors serie n°9.

La robe arrivant à mi cuisse je l’ai rallongé, j’ai choisi la taille en fonction de leur tableau de mesures et une fois bâtie j’ai du enlever 7cm de chaque coté…..Je la trouve très seyante et la referais peut-être l’été prochain.

Robe confortable

J’avais l’année dernière utilisé le patron de tee-shirt Jasmin de Cozy little world pour me faire une robe dans un tissu jersey très fluide et un peu lourd, j’ai décidé cet été de mettre à plat ce genre de couture, ou je rectifiais et je portais ou je donnais, j’ai donc raccourci et diminué l’ampleur et je peux désormais la porter.

Ma deuxième résolution était de diminuer mon stock de tissu, sinon comment justifier de continuer à aller au marché du tissu 🙂 . J’ai plusieurs coupons de ce type de jersey , difficiles à couper et à coudre mais tellement agréables à porter et qui conviennent à cette robe, j’ai choisi pour cette deuxième édition un fleuri trouvé au Tissu du renard, une large bande blanche suivi d’une brassée de fleurs.

Le dos du jasmin étant en deux morceaux, j’ai coupé la partie haute ainsi que les manches dans la partie blanche et le bas dans les fleurs, j’ai diminué l’ampleur du dos très froncée mais trop lourde avec cette qualité de jersey, surjeteuse pour les coutures et ourlet roulotté aux manches et au bas du vêtement.

Ce n’est pas la plus sexy des robes mais elle me convient ainsi, parfaite pour le bord de mer et la maison.

Faire et défaire….

Je voulais tricoter un châle pour une amie, au Fil de la Manche j’ai trouvé mon bonheur en écheveau chez Arcoiris Yarn en qualité Dr Wool coloris Rio un superbe bleu et pour aller avec de l’InterStell’yarn coloris Roberto un blanc ponctué de pointes de bleu.

J’ai choisi le modèle Hercule et Rose de NCL. Il est tricoté au point mousse et se finit avec une belle bande de dentelle, après de nombreux rangs le rendu ne me plaisait pas, je trouvais que la richesse de la couleur était écrasée par le point mousse, j’ai quand même persévéré jusqu’à la dentelle et là catastrophe les jours n’étaient pas réguliers, une fois un gros trou, une fois un petit, est-ce ma façon de les tricoter, j’ai donc défait ma bande et recommencé et toujours aussi moche…

Pas question d’offrir ça alors j’ai regardé sur Ravelry et finalement j’ai mis sur mes aiguilles le Mucha de la même créatrice, mais quand ça veut pas ça veut pas j’ai du le recommencer une bonne dizaine de fois et puis enfin c’est parti et j’ai fini par en voir le bout, la laine s’est révélée très agréable à tricoter.

Que de doutes tout le long mais finalement je le trouve plutôt réussi, et vous?

La dentelle en détail

Moi après mois Août

Regarder Phil souffler une bougie de plus / Attendre le train qui nous amène Vincent notre aîné et les siens / Se sentir apaisée en visitant le parc oriental de Maulévrier / Profiter de moments coutures avec mon fils et sa femme / Prendre plaisir à partager ses connaissances / Apprécier leur travail, short pour mon fils et bas de pyjama enfant pour ma belle-fille / Écouter Philippe expliquer à Chie que les maisons traditionnelles vendéennes sont basses et puis le voir se cogner méchamment la tête / Soigner et se dire qu’1m92 ce n’est pas adapté / Maudire le bouchon qui nous bloque sur la route de Noirmoutier / Pique-niquer sur la plage / Apprécier une délicieuse glace avant le retour un peu moins laborieux que l’aller / Regarder son fils quarantenaire sauter dans les vagues et retrouver pour quelques instants l’enfant qu’il était / Les laisser partir avec une (grosse) pointe de tristesse / Couper un joli tissu pour une dernière cousette d’été / Regarder la précision et la patience de Phil qui pose du papier peint / Commencer l’album photos 2013 !! / Renouer avec une amie perdue en chemin et se promettre de ne plus laisser le temps passer / Faire de la confiture / Recevoir avec beaucoup d’émotion un beau sac à projet / Nager avec application à la piscine / Finir de tricoter un pull pour Junnosuke qui vu sa grande taille ne lui ira certainement pas le prochain hiver / Mettre sur mes aiguilles le beau fil de Nathalie Bynight / Coudre ma sixième version de la veste Cannelle de Christelle Beneytout.

Challenge Polar et Thriller (1)

1) Qaanaqq de Mo MALØ

Présentation de l’éditeur :

Dans le vaste pays blanc, l’esprit de Nanook se réveille. Le grand ours polaire, seigneur des lieux, protégera les siens. Jusqu’au bout.

Adopté à l’âge de trois ans, Qaanaaq Adriensen n’a jamais remis les pieds sur sa terre natale, le Groenland. C’est à contrecœur que ce redoutable enquêteur de Copenhague accepte d’aller aider la police locale, démunie devant ce qui s’annonce comme la plus grande affaire criminelle du pays : quatre ouvriers de plateformes pétrolières ont été retrouvés, le corps déchiqueté. Les blessures semblent caractéristiques d’une attaque d’ours polaire. Mais depuis quand les ours crochètent-ils les portes ?

Flanqué de l’inspecteur inuit Apputiku – grand sourire édenté et chemise ouverte par tous les temps –, Qaanaaq va mener l’enquête au pays des chamanes, des chasseurs de phoques et du froid assassin. Et peut-être remonter ainsi jusqu’au secret de ses origines.

Mon avis :

Qaanaaq quelle drôle d’idée de donner à un enfant adopté le nom de la ville ou il a été trouvé!

Dans ce premier volume on découvre Qaanaaq mais aussi ceux qui gravitent autour de lui, son pays natal , ses parents adoptifs, il va apprendre enfin d’où il vient et ce qui est arrivé à ses parents biologiques, polar joliment écrit ou on ne s’ennuie jamais, un deuxième tome est déjà sorti (Disko), j’attends juste qu’il sorte en poche pour l’acheter.

2) Le coffret maléfique de Paul Doherty

Présentation de l’éditeur

Un prêtre assassiné, un corps disparu, un trésor volé : frère Athelstan entame l’une de ses enquêtes les plus difficiles.

Octobre 1381. Frère Athelstan est convoqué à St Benet de Queenhithe pour enquêter sur un meurtre. Le père Reynaud a été retrouvé poignardé dans sa propre église, à la porte verrouillée. Parmi les autres découvertes troublantes figurent un cercueil vide et un coffre saccagé. Mais qui serait capable de commettre un meurtre dans un endroit saint ? Qui ferait disparaître un cadavre la nuit précédant les funérailles – et qui serait assez courageux pour voler un trésor appartenant à l’homme le plus craint de Londres ? Pendant ce temps, la mort de l’un des paroissiens d’Athelstan révèle un secret choquant. Pourrait-il y avoir un lien avec le prêtre assassiné de St Benet ?

Mon avis :

19eme volume de la série et un des meilleurs à mon avis, la cour des miracles de Londres ou se côtoient miséreux et voleurs en tout genre, un crime, des mystères et surtout une description minutieuse de la vie au moyen-age.

Lu dans le cadre du challenge Polar et Thriller

Oh une sorcière!

J’ai repris le titre de l’article de Karen pour vous compter l’histoire de cette sorcière.

J’ai brodé il y a quelques années déjà cette petite sorcière pour ma maman.

Elle aimait l’accrocher chez elle pour Halloween, je suis née début novembre et j’avoue préférer Halloween à la Toussaint….

En triant dans son appartement j’ai retrouvé cette petite sorcière ainsi qu’une autre broderie qui fera l’objet d’un autre article, cela m’ennuyait de les jeter mais je ne voulais pas les mettre dans un coin, et puis j’ai pensé à Karen du blog Yakafaire qui m’a déjà monté plusieurs broderies toujours de jolie manière.

Cette petite sorcière est devenue une jolie pochette que je donnerais à Madeline ma petite-fille à sa prochaine venue.